Dans le cadre du cycle de conférences  » Les enjeux de la psychothérapie », la Société luxembourgeoise de psychiatrie, pédopsychiatrie et psychothérapie, avec le soutien de  l’Institut français du Luxembourg, en collaboration avec l’Association d’enseignement post-universitaire, l’Institut de pensée systémique, la Société luxembourgeoise de psychologie, la Société luxembourgeoise des sciences médicales, l’Université du Luxembourg, Neimënster et les Rotondes, ont le plaisir de recevoir le psychanalyste Jean-Richard Freymann pour une conférence-débat :
 
« La suggestion hypnotique et l’interprétation analytique »
 
 
Lieu : Les Rotondes
Date: 12 mai 2016 à 20h.
Entrée libre.
Introduction par le Dr André Michels.
Discutants :  Paul Hentgen, psychiatre, et Patrick Tabouring, médecin-généraliste.

Présentation du conférencier

Jean-Richard Freymann est psychanalyste, psychiatre, praticien hospitalier à la clinique psychiatrique de Strasbourg. Directeur de l’École Psychanalytique de Strasbourg, il est également Président de la FEDEPSY, Co-responsable du D.U. de la Faculté de Médecine de Strasbourg « Les bases conceptuelles des psychothérapies analytiques » et Directeur de la Collection Hypothèses chez Arcanes-érès.

Présentation de la conférence

La pratique quotidienne de l’inconscient nous apprend que le rapport à la culture s’est modifié et, que ce soit au niveau individuel ou collectif, il y a retour de la suggestion hypnotique sous toutes ses formes. Des relations thérapeutiques aux fracas terroristes, on hypnotise les foules, on manipule les groupes et l’utilisation d’internet a démultiplié les capacités de suggestion.

La dynamique de la psychanalyse s’oppose point par point aux mécanismes de l’hypnose. Et pourtant Freud a inventé la psychanalyse à partir de l’hypnose ! À la place de la confusion entre l’Idéal du Moi et l’Objet, l’opération analytique maintient un écart entre le pôle idéalisant et l’objet toujours perdu.

À la collectivisation de l’hypnose s’oppose la singularisation de la cure analytique.

Au schéma de « psychologie collective et analyse du Moi » s’opposent les concepts fondamentaux (J. Lacan : l’inconscient, les pulsions, le transfert, la répétition).

Mais alors qu’est-ce qu’une interprétation analytique qui constitue le ressort principal de la cure analytique ?
– Concerne-t-elle l’analysant ou le psychanalyste, ou les deux ?
– Quelles sont les techniques de l’interprétation ?
– Comment penser la cure analytique dans le monde contemporain ?
– Comment utiliser l’interprétation analytique pour d’autres champs (dans l’enseignement, dans le politique, en médecine) ?

Pour des raisons de survie du champ analytique lui-même, le psychanalyste ne peut pas s’exclure de l’évolution du monde contemporain.
– Passage à une nouvelle génération
– Dégradation des discours sur le politique
– Attentats terroristes dans le monde entier
– Montée massive des totalitarismes.

Ils sont plusieurs à penser que le moment est venu de proposer de nouvelles lectures et de nouvelles formations, à partir du champ analytique.

À Strasbourg, Jean-Richard Freymann peut en témoigner en regard d’une tradition analytique ancienne. Que proposer à Luxembourg ?

Le rapport d’une société à la psychanalyse est le symptôme du rapport de cette dite société à la culture.

Bibliographie
– Jean-Richard Freymann, L’art de la clinique, Arcanes-érès, 2013.
– Sigmund Freud, « Psychologie collective et analyse du Moi », Essais de psychanalyse, Payot.
– Jacques Lacan, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Le séminaire livre XI, PUF.
– Lucien Israël, Le médecin face au désir. Le parcours freudien de Lucien Israël, Arcanes-érès, 2006.